Manga – Otomen de Kanno Aya

Un homme avec des goûts de filles et une fille avec un comportement de garçon, ça donne le pitch du manga Otomen, un des shojo les plus mimi et rafraîchissant que j’ai pu lire !

Otomen

Synopsis : Aux yeux de tous, Asuka Masamune est l’incarnation de la virilité. En réalité, il cache un lourd secret : il est un otomen (littéralement « homme au cœur de jeune fille »). Accro au shôjo manga, il craque pour tout ce qui est kawaï, et nourrit une passion pour la couture et la cuisine. Mais pour ne pas décevoir sa mère, il a toujours refoulé sa nature profonde.
La situation se complique lorsqu’Asuka tombe amoureux. Chassez le naturel, il revient au galop : son cœur s’emballe et sa véritable nature refait surface. Asuka est alors tiraillé entre son envie d’être honnête avec l’élue de son cœur et la peur de lui déplaire en se montrant trop féminin.

Source : Delcourt

Otomen est un shojo créé par la mangaka Aya Kanno (également auteur de Kokoro ni Hana wo ou Le Requiem du roi des roses, et elle a été assistante de Masashi Asaki sur Psychometer Eiji). Le manga a été édité au Japon de 2006 à 2012 au Japon et il est édité en France aux éditions Delcourt. Le manga comporte 18 tome très rapide à lire et il existe une adaptation en drama live avec Okada Masaki dans le rôle principal.

Otomen, c’est un shojo efficace avec de beaux dessins. Les dessins sont vraiment choupinets et les traits des personnages masculins sont très fins. De loin, on pourrait croire qu’il s’agit d’un shojo un peu gnangnan et cliché mais l’histoire est vraiment originale et surtout plein d’humour. L’histoire d’amour entre Asuka et Ryo est très mignonne à suivre mais j’avoue que ce n’est pas ce qui m’a le plus passionné. Ce que j’ai vraiment adoré c’est les personnages hauts en couleurs de ce manga. Bon ok, il y a un peu trop d’hommes Otomen dans ce manga par rapport à ce qu’il y a dans la vie réelle, mais c’était vraiment drôle de voir toutes une troupes de personnages sympathiques. C’est très drôle à suivre et puis c’était vraiment trop choupinet de voir Asuka en mode Otomen. C’est un manga où j’ai eu beaucoup de plaisir à lire.

Otomen

Une des choses que j’ai bien aimé dans le manga Otomen c’est le traitement des clichés filles / garçons. En général les shojos nous servent les mêmes clichés fréquemment et là dans Otomen ça change, rien que ça c’est rafraîchissant. La vision des Otomen est bien sûre assez idéalisée dans le manga vu que c’est destinée à un public féminin, ce n’est pas le plus représentatif de la vie réelle. Mais ce qui est bien c’est qu’elle ne se moque pas de ses personnages et j’aime bien le fait que dans le manga le message principal c’est que les hommes ou les femmes n’ont pas à avoir honte de ce qu’ils aiment et qu’ils peuvent assumer cette part de féminité en eux. Sachant que le Japon est un pays qui est encore très sexiste, j’ai trouvé ça nouveau de ne pas voir de manière négative ces activités. Et puis il y a le fait que la virilité n’est pas lié à nos passions.

Certes c’est une histoire pour les filles mais j’ai trouvé ça bien de mettre en avant le fait que Ryo n’est peut être pas la petite amie qui sait cuisiner, elle a d’autres qualités. C’est moins réducteur que dans beaucoup de manga où les filles sont juste des filles blessées ou cruches ou trop timides.

Ca m’a un très légèrement fait pensé à Les garçons, Guillaume, à table, où la morale c’est que même si on aime des activités des filles, on n’est pas forcément gay. Après ce qui m’a étonné c’est que ça ne parle pas tant d’homosexualité que ça. Quelques images un peu yaoi mais pas trop non plus, c’est vraiment choupinet sans tomber dans le salace.

Otomen

Otomen est un manga très sympathique à lire. L’histoire n’est pas constante mais dans l’ensemble c’est frais et mignon. Il y a 18 tomes au manga et ils se lisent tous très vite. Et dans un contexte où on cherche à ce que les filles et garçons soit égaux, ce titre a un thème plus actuel qu’on le croit.

Ma note : 15/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *