Série TV – Midnight Diner – Tokyo Stories

Une série sur un restaurant qui ouvre de minuit à 7h du matin dans une ruelle à Tokyo, un pitch qui a l’air simpliste mais la série Midnight Diner : Tokyo Stories nous fait voyager dans un Japon inconnu avec des tranches de vies savoureuses.

Midnight Diner Tokyo Stories

Midnight Diner : Tokyo Stories est une série TV japonaise disponible sur Netflix avec déjà 2 saisons de 10 épisodes chacune. C’est adapté du manga La Cantine de Minuit (深夜食堂) d’Abe Yaro (édité par le Lézard Noir en France). La saison 1 de cette série était sortie en 2016 et la saison 2 en 2019 je les ai dévoré et savouré très rapidement. Au Japon, il y avait déjà eu un drama adapté de ce manga mais comme je ne l’ai pas vu je ne pourrais pas en parler.

Réunis autour de plats préparés avec amour, les clients et le chef d’une gargote tokyoïte sans éclat établissent peu à peu des connexions simples, mais profondes.

Pourquoi regarder Midnight Diner : Tokyo Stories ?

Des histoires et des personnages touchants

Bien que le titre de la série pourrait faire croire qu’il s’agit d’une série sur la nourriture japonaise, cela n’est pas l’élément central. La série correspond plutôt à la catégorie « tranches de vie » avec des épisodes qui peuvent être regardées indépendamment. Chaque épisode raconte la vie d’un des clients du restaurant et il n’y a pas de continuité entre les histoires. Ce que j’aime bien avec cette série c’est que les histoires racontées sont des histoires humaines très touchantes. Cela peut être des histoires de familles, de carrière, des couples, des rencontres, des amis, etc. Chaque histoire à un côté très intimistes et ce sont des mésaventures qui pourraient arriver à tout le monde avec des leçons plutôt universelles. Aussi ça aborde des sujets de société profond je trouve surtout pour une série japonaise et cela sans tomber dans trop de clichés.

Midnight Diner Tokyo Stories

Le personnage du Chef (joué par Kaoru Kobayashi) est central et pourtant on ne connaît que très peu de choses sur lui. On sait juste qu’il arrive à réunir du monde autour de sa table grâce à sa cuisine et qu’il a assez de sagesse pour donner les bons conseils au bon moment. Autour de lui, il y a certains habitués, certains dont on connaîtra leurs histoires et d’autres non. En fait en regardant la série c’est comme si nous aussi on fait partie des clients du restaurant.

Les clients du restaurant ont tous un passé qu’il soit bon ou mauvais. Ce que j’aime bien c’est qu’ils ont une espèce de faille, ce qui les rend très humains et on peut s’identifier à eux et aux problèmes qu’ils peuvent rencontrer. Ce qui est aussi très positif dans Midnight Diner c’est quand on voit que les clients se soutiennent mutuellement alors qu’ils n’ont parfois pas grand chose en commun. C’est la beauté de l’entraide autour d’une bonne bouffe.

Midnight Diner – Une série qui donne faim avec des recettes typiquement japonaise

Un des gros arguments que je donne pour regarder cette série : la présence de nourriture qui a l’air délicieuse à chaque épisode. Tous les épisodes ont pour titre un plat qui sera commandé lors de l’épisode. Dans Midnight Diner – Tokyo Stories, le principe du restaurant est que le client peut demander ce qu’il veut du moment que le chef dispose des ingrédients. Donc il n’y a pas de beaux plats gastronomique, mais on peut y voir des plats de la vie quotidienne japonaise comme les nouilles aux légumes, des onigiris aux prunes séchés, des ailes de poulets, etc.

Midnight Diner Tokyo Stories

Attention la nourriture n’est pas au centre de la série, ce n’est pas une série culinaire comme peut l’être Food Wars. Ici les plats sont un prétexte pour mieux connaître ceux et celles qui les mangent. Ce que j’aime beaucoup, c’est que chaque plat arrive à montrer l’humanité des personnages, soient en leur rappelant des souvenirs ou à leur instincts ou à ce qu’ils aiment. J’aime bien le fait que chaque humain, quelque soit son parcours, a un rapport particulier avec certains plats. C’est peut-être parce que j’aime énormément manger mais je pense que la nourriture est quelque chose qui unit et qui peut faire du bien.

En plus, à la fin des épisodes de Midnight Diner, il y a parfois des petits conseils de cuisine fait avec humour. Un petit bonus savoureux qui donne envie de se mettre à la cuisine. Du coup attention quand vous regardez la série parce que ça donne très faim.

Une série à l’image et à la musique agréable

Midnight Diner : Tokyo Stories c’est aussi une série TV bien filmée à la photographie travaillée et cela a presque une vertue thérapeutique tellement c’est apaisant à regarder. J’aime énormément le décor de la petite ruelle où se situe le restaurant, cela fait très typique avec le poste de police, les autres boutiques, etc. Aussi comme le restaurant ouvre le soir, les lumières sont tamisées, ce qui donne une ambiance accueillante et cozy.

Midnight Diner Tokyo Stories

Les musiques contribuent également à l’ambiance du drama. Pas de musique dynamique, on a surtout des musiques calmes et reposantes pour les génériques. Et dans les épisodes on n’a pas tant de musique, pas de musique dramatique qui appuie les moments d’émotion. C’est très minimaliste mais ça suffit pour être efficace. Aussi ce que j’apprécie dans ce drama c’est la justesse des acteurs. Ils ne sont pas dans le surjeu contrairement à beaucoup d’autres dramas japonais et c’est beaucoup plus subtil. Aussi la palette de personnages font qu’on a une diversité qu’on ne voit pas beaucoup dans d’autres séries.

MIdnight Diner Tokyo Stories Netflix

Midnight Diner – Tokyo Stories est une série très relaxante à regarder et très touchante. Il y a de belles leçons de vies et des moments émouvants. Même si ça a un côté très japonais, ça traite tout de même des relations humaines et des passages peuvent être universel et plaire au plus grand nombre. Je n’ai pas encore lu le manga mais ça me donne très envie d’aller l’acheter. C’est une série qui est aussi réconfortante qui est similaire au fait de manger un bon bol de ramen par un temps d’hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *